MAIN MENU

Cliquez ici pour commencer votre lecture

MAIN MENU Publié le
PRESS START BUTTON Pages 5 – 8 21/02/2011
LEVEL 1 : « Au cœur du jeu » : Des chroniques, et des souvenirs
Introduction (1/2) Pages 9 – 14 23/02/2011
Introduction (2/2) Pages 14 – 19 23/02/2011
ICO [2002] Pages 20 – 28 25/02/2011
Beyond Good & Evil [2003] Pages 29 – 37 28/02/2011
Shadow of the Colossus [2006] Pages 38 – 47 02/03/2011
Flower [2009] Pages 48 – 55 04/03/2011
Uncharted 2 : Among Thieves [2009] Pages 56 – 64 07/03/2011
Heavy Rain [2010] Pages 65 – 75 09/03/2011
Red Dead Redemption [2010] Pages 76 – 92 11/03/2011
Super Mario Galaxy 2 [2010] Pages 93 – 104 14/03/2011
LEVEL 2 : « L’évolution des émotions » : De la quête du « high-score » jusqu’aux larmes
Introduction Pages 105 – 108 16/03/2011
Il était une fois… [198x – 1995] Pages 108 – 116 16/03/2011
La révolution porte un nom [1995 – 1999] Pages 116 – 125 18/03/2011
Le cœur entre deux chaises [1999 – 2000] Pages 125 – 129 21/03/2011
Emotion Engine [2000 – 2006] Pages 129 – 138 23/03/2011
Nouvelles façons de jouer [2006 – 20xx] (1/2) Pages 138 – 151 25/03/2011
Nouvelles façons de jouer [2006 – 20xx] (2/2) Pages 152 – 160 28/03/2011
Il était une fin ? [aujourd’hui – demain] Pages 161 – 164 30/03/2011
LEVEL 3 : « Au-delà du jeu » : A cœur ouvert
Introduction Pages 165 – 167 01/04/2011
Forums (des tests) de jeux vidéo Pages 168 – 173 01/04/2011
Pour toi, pirate Pages 174 – 180 04/04/2011
Préjugés et autres idées reçues (1/3) Pages 181 – 190 06/04/2011
Préjugés et autres idées reçues (2/3) Pages 190 – 194 08/04/2011
Préjugés et autres idées reçues (3/3) Pages 194 – 198 11/04/2011
GAME OVER… CONTINUE? Pages 199 – 207 13/04/2011
SPECIAL THANKS Pages 208 – 209 13/04/2011
ENDING CREDITS Pages 210 – 211 13/04/2011

Cliquez ici pour commencer votre lecture

Publicités
  1. 23 février 2011 à 18:04

    Je t’invite à aller corriger la fiche senscritique que j’ai créée (si elle reste :o)

    http://www.senscritique.com/livre/jeux-video-la-passion-des-emotions/6271298482200520

    • ippo
      23 février 2011 à 20:47

      Oh ! Tu as osé 😉 !

  2. 20 avril 2011 à 13:14

    En parlant de ça, je suis allé enrichir la fiche et je m’aperçois qu’il n’y a pas de couverture ou d’image à mettre pour illustrer. Ça pourrait être sympa que t’en fasses une, non ?

    • ippo
      20 avril 2011 à 13:59

      Oui c’est une bonne idée… je vais tenter quelque chose avec mes bien maigres capacités en la matière !

  3. 9 mai 2011 à 13:47

    Coucou Ippo,
    Je me pose des questions sur le choix de ta sélection de jeux. Autant je peux comprendre Ico, Shadow, Flower, Heavy Rain, BG&E – à la rigueur (mais le jeu ne fut élu « mythique » qu’après avoir fait un bide. À sa sortie, il était juste considéré comme un clone de Zelda a la caméra lamentable). Red Dead Redemption, ok pour le côté immoral+sentiment de liberté.

    Mais Uncharted 2, Mario Galaxy 2 (nostalgie de la NES ?) ? Ippo, t’es tombé sur le mauvais coté du crâne ? Non pas qu’il s’agit de mauvais jeux, j’ai pris autant de plaisir sur l’un que sur l’autre. Le problème est qu’il s’agit de purs blockbusters, prémâchés, conçus et vendus comme tels. Bien sûr, niveau plaisir de jeu, voire « émotion » j’y ai trouvé mon compte. Mais le fait que ces jeux ne soient que de pures redites faites pour du blé m’aurait contrarié si j’avais dû les associer avec les jeux cités plus haut. Tout simplement parce que leurs auteurs ne jouent pas dans la même cour. Mélanger les produits industriels avec les bijoux artisanaux pose un problème éthique.

    Je sais, ton choix est bien évidemment personnel. Te reprocher qu’il manque tel ou tel jeu (comme j’ai pu en faire l’amère expérience avec mon dossier sur la French Touch) est quelque chose d’infructueux, à moins que cela ne te décide à agrandir le champ de tes préoccupations.

    Enfin bref, moi le jeu qui m’a scotché c’est Shenmue. Oui, le jeu a bénéficié d’un budget de malade (70 millions $) et il connut le même chemin que BG&E (chute puis vénération). Mais niveau émotion, c’est l’adieu du Sega historique, pourquoi n’en as-tu pas parlé ?

    • ippo
      9 mai 2011 à 14:27

      Cher platon21,
      Je suis content que tu me poses cette question.
      La question du choix des jeux traités, notamment dans le Level 1.
      A savoir des jeux « mis en avant ».

      Premièrement, je n’ai absolument jamais ressenti qu’Uncharted 2 ou Super Mario Galaxy 2 étaient des « produits prémâchés, conçus et vendus comme tels ».
      A mes yeux, ils ont tous les deux une âme.
      A mes yeux, ils sont tous les deux le fruit d’un travail passionné, fruit d’un amour du jeu vidéo.
      Uncharted 2 reste « un jeu d’aventure et de tir à la 3ème personne ».
      Super Mario Galaxy 2 reste un jeu de plateformes.
      Mais, à mes yeux encore une fois, ils sont la quintessence de leurs genres respectifs… et ils produisent de l’émotion.
      C’est peut-être moins marquant avec le texte sur Uncharted 2, mais je me devais de garder à l’esprit que ce livre ne devait pas trop livrer d’éléments susceptibles de dévoiler l’intrigue ou des points importants des différents jeux. Pour Uncharted 2, si je devais le réécrire un an plus tard, je prendrais le soin d’ajouter quelques éléments qui me tenaient à cœur et qui font défaut au texte. Mais on peut toujours trouver à améliorer, alors j’ai préféré le laisser tel quel.
      Pour en revenir à ces jeux, on se sent embarqué dans leurs univers, très « réaliste » pour l’un et très enfantin pour l’autre. On est emporté par la narration et le rythme d’une écriture excellente (dans Uncharted 2), et par le renouvellement du gameplay dans les deux.
      Quant aux émotions, j’ai justement eu envie de parler de ressentis au sujet de jeux « calibrés et millimétrés pour être des blockbusters ».
      Justement, parce qu’ils ont une âme.
      Ce ne sont pas des bijoux artisanaux, mais il n’en reste pas moins des bijoux tout court. Ils sont le fruit de créatifs pluriels, mais chacun étant un artisan à sa manière.

      Pour résumer, je me répète sans doute, mais cela ne me dérange donc absolument pas de mélanger dans un même discours des « blockbusters » à des jeux plus « personnels ». Tu le dis toi même pour Shenmue : il était calibré comme un blockbuster, mais issu de l’imagination d’un créatif principal en la personne de Yu Suzuki.
      Cela ne me pose pas de problème éthique :).

      Enfin, pour en revenir au fond de la question : bien entendu que Shenmue aurait tout à fait eu sa place ici. Comme bon nombre d’autres jeux formidables sur le plan du ressenti, et généreux sur celui des émotions. Mais pour écrire cet ouvrage, je me suis placé volontairement devant la contrainte des souvenirs. Et je m’en suis rendu compte, notamment avec les commentaires de Stephanos au sujet de la série des Final Fantasy, que mes souvenirs de jeux expérimentés pour la seule et unique fois au moment de leur sortie (ce qui remonte à au minimum 10 ans pour les jeux évoqués), ces souvenirs ne m’auraient pas permis d’être entièrement sincère avec ces émotions.
      Il aurait soit fallu que je me fie à des vidéos ou des textes pour me remettre dans le contexte, ou alors il aurait fallu que j’y rejoue pour faire renaître ces sentiments. Par manque de temps, je n’ai donc pas pu me replonger dans des Shenmue, Zelda Ocarina of Time, ou Final Fantasy VII, VIII ou IX et je n’ai pas souhaité me fier à des courtes vidéos pour me remettre dans le seul contexte.
      J’ai donc fait le choix, parfois douloureux, de rester à la surface de mes souvenirs les concernant !
      Stephanos, dans les commentaires, me l’a d’ailleurs démontré.

      Alors oui, dans mon parcours, parce que j’y ai joué, bien entendu que Shenmue (sorti en 2000) aurait pu et dû avoir sa place dans ce Level 1.
      C’est un regret de plus à mon compteur ;).

      Je ne te dis pas merci :p
      😉

  4. 10 mai 2011 à 10:35

    J’avoue que le jour où j’ai voulu parlé de Shenmue sur mon blog, j’ai moi aussi eu quelques soucis de mémoire, sur certains détails. Mais bon dieu, pour ce qui est de restituer des émotions – et c’est bien le cœur de ton ouvrage – je n’ai eu aucune difficulté ! On s’en fout de savoir combien de capsules Ryo pouvait collectionner, ou à quelle heure il devait aller se coucher, ou de quelle couleur était son petit chat !

    Ce qui compte, c’est les frissons qui te parcourent les bras dès l’intro du jeu, les yeux qui brulent parce qu’ils refusent un simple clignement de peur rater une conversation au hasard d’une rue, la jubilation de pénétrer dans un quartier japonais des années 1980 alors que ce monde est en réalité englouti…

    Bon, il faut dire que là je parle de mon jeu préféré. Tu n’as peut-être pas été aussi marqué que moi par ce jeu, et du coup, tu en as fait l’impasse (j’imagine que l’excuse du « manque de temps » ou « des souvenirs pas frais » ne marcherait pas si tu devais parler de ton jeu préféré dans ce livre).

    Je suppose que les jeux dont tu parles forment ton « Top » personnel, ou pour te poser la question autrement, si tu avais trois jeux a emmené avec toi sur une ile déserte, est-ce que tu y inclurais Shenmue et une Dreamcast ? J’en doute.

    • ippo
      10 mai 2011 à 14:11

      Je te comprends.
      Quand j’évoque de maigres souvenirs, cela veut dire qu’il me reste des sensations globales. Floues, suffisantes pour en parler dans le Level 2 qui traite de l’évolution des émotions, où Shenmue est cité, mais bien insuffisantes pour l’inclure dans le Level 1.
      Pour cela, il aurait fallu y rejouer. Replonger véritablement dedans. Et je n’ai pas eu la possibilité / le temps / le courage de le faire.
      Shenmue fait pourtant partie des expériences de jeux qui m’ont le plus marquées « au moment où j’y ai joué ».
      Mais que veux-tu, je n’ai terminé le jeu qu’une seule fois. Il y a 11 ans. Comment aurais-je pu décemment lui faire honneur ?

      J’ai exactement le même problème avec la série des Metal Gear Solid. Si tu savais à quel point j’aime cette série, et j’aurais aimé pouvoir en parler de la même manière que les jeux cités dans le Level 1.
      Mais je n’aurais pas pu leur faire honneur, de la même manière que j’ai pu avoir le sentiment de parler de manière « juste », à mon sens, des expériences de jeux qui sont citées en Level 1.
      S’il devait y avoir d’autres textes, dans cet ouvrage ou dans un autre, qui s’y prêteraient, je prendrais alors peut-être le soin de m’immerger à nouveau dans ces expériences de jeu formidables pour moi.

      Tu sais, je n’accorde pas d’importance, me concernant en tous cas hein, à l’idée de « Top personnel ». Si je devais emmener quelque chose sur une île déserte, ce seraient mes souvenirs vidéoludiques tout court. Et j’essaierai par dessus tout de faire en sorte qu’ils ne s’estompent pas (contrairement, justement, à ce que je remarque tristement au sujet d’œuvres qui me sont très précieuses). C’est bête à dire, mais un top a un statut trop définitif pour que j’y attache de l’importance. La manière que l’on a de percevoir les jeux et notre façon de recevoir les expériences changent avec nous.
      Alors oui, les jeux cités ici figurent parmi mes préférés. Mais certains n’y figurent pourtant pas (du tout !), et d’autres n’ont pas été traités avec l’honneur que j’aurais voulu pouvoir leur rendre.

    • Stephanos
      6 juin 2011 à 01:37

      Alors là Platon21, de A à Z je suis totalement avec toi ! Tes mots me font vibrer et me donnent envie de me ruer sur Shenmue – Oui, ce qui compte ce sont bel et bien ces frissons. Et ces frissons, même 10 ans après ne disparaissent pas. Une seule musique peut tout faire resurgir.

      La mémoire ne peut être une excuse lorsqu’il s’agit d’émotions profondes. Tu le dis toi-même à propos d’ICO : « Lorsque j’ai terminé ICO, j’ai su que ce voyage inoubliable de ces deux enfants restera dans mon cœur à jamais.
      Et huit ans plus tard, je constate que je ne m’étais pas trompé. »

      Ta sélection de jeu n’est pas innocente Ippo. Pour que tu parles des jeux comme tu le fais dans la première partie, il faut que ces jeux t’aient touchés viscéralement. Tu le dis toi-même : tu prétends faire part des jeux « par la porte des émotions » dans cette première partie ; peu importent les détails.

      Il me semble incompréhensible que tu aies eu le courage de te lancer dans l’écriture d’une longue page sur Shadow, mais que tu ne l’aies pas eu avec Metal Gear Solid s’il te tenait tant à coeur. Même si tu parles beaucoup de Metal Gear dans le Level 2, je suis certain que tu aurais pu en parler encore beaucoup mieux en nous faisant part de l’expérience vécue de l’intérieur. Personnellement c’est cette démarche là qui me passionne dans ton livre ; la transcription de l’émotion.

      Je ne comprends pas. Cette restriction à 10 ans pour les jeux de la 1ère partie. Pourquoi. Pour les non-joueurs ? A quels non-joueurs t’adresses-tu ?
      Penses-tu réellement que des non-joueurs sans enfants, après avoir lu ton texte, iraient acheter une console et des jeux ?

      A mon sens pas vraiment et tu ne t’adresses pas non plus spécialement à des parents angoissés qui chercheraient à comprendre ce qui passionne leurs enfants et quels jeux leur procurer.
      Pour moi, tu t’adresses à des lecteurs surtout sensibles aux mots pour leur faire part/leur faire comprendre sans forcer l’adhésion ta sensibilité vis-à-vis du jeu-vidéo. Mais dans ce cas là, la restriction à 10ans à nouveau n’a pas d’importance : peut importe si ces non-joueurs joueront ou non aux jeux évoqués de l’intérieur. A nouveau seule compte l’émotion qui aura pu être transmise.
      Mais pas seulement. Pour moi tu écris aussi en remerciement à ces oeuvres qui ont en partie fait de toi qui tu es aujourd’hui. Elles méritent toutes des textes forts, à la mesure de l’expérience qu’elles proposent ! Et c’est ce que tu arrives à faire à de nombreuses reprises.

      Enfin, encore un autre étonnement. Toi qui ose répéter sans cesse l’excuse d’une mémoire déficiente, que me réponds-tu vis-à-vis d’un jeu comme Okami qui date de 2006 ?
      Le petit paragraphe qui lui est destiné ici, certes synthétique, ne rend absolument pas compte de l’aura qui émane de ce jeu telle qu’on peut la sentir quand on y joue ! Je découvre Okami depuis un mois et demi, je passe d’émerveillements en émerveillements. Par tous les kamis, ce jeu, cette oeuvre, ne mérite-t-elle pas un texte à la mesure des émotions qu’elle nous apporte ?

      ++

      • ippo
        6 juin 2011 à 09:38

        Même si j’ai toujours été sincère sur l’intention de départ (des jeux qui ont moins de 10 ans dans le Level 1 afin d’être encore susceptibles d’être découverts aisément), cette dernière n’a peut-être pas de vraie raison d’être. Il s’agissait peut-être pour moi de me protéger et d’essayer de donner une raison à ce terrain des 10 ans.
        Mais c’est quelque chose que je comprends maintenant, avec le recul et vos nombreuses remarques à ce sujet.

        Par contre, j’ai également été sincère dans le fait de ne pas avoir eu le courage de traiter de jeux « pas suffisamment frais dans ma mémoire », et je continue sur cette affirmation.
        Comme tu le dis, une musique, une image (comme un goût ou une odeur) peuvent faire ressurgir un flot de souvenirs et d’émotions.
        C’est très vrai.
        Mais que faire de ce flot ? Comment réussir à le traduire en mots, et d’espérer être un minimum à la hauteur de l’honneur que l’on souhaite rendre à ces œuvres ?

        Je pense que nous ne sommes pas égaux face à la mémoire, et que ma propre mémoire rend les choses assez floues très rapidement au fur et à mesure que le temps avance. C’est un triste constat, mais je le vérifie régulièrement.

        Pour écrire ces textes du level 1, j’ai joué ou rejoué à tous les jeux en question au cours de l’écriture. Les émotions étaient encore tièdes dans mon cœur lorsque j’essayais de véhiculer ce que le jeu m’avait donné.
        Pour écrire le Level 2, j’ai essayé tant bien que mal de replonger dans mes souvenirs, en essayant aussi de m’éloigner le plus possible des matériaux proposé sur le net (à l’exception des images d’illustration). Le résultat est donc moins fort, vous êtes tous d’accord pour le dire et moi avec, mais je peux vous garantir qu’il n’est pas moins sincère. Je me suis fié à mes seuls souvenirs, et cela s’est révélé insuffisant pour certaines expériences.

        Ce que je souhaite une nouvelle fois affirmer, c’est que bien évidemment que Metal Gear Solid, Shenmue, les Final Fantasy (sur Ps One) ou que le récent Okami auraient mérité un approfondissement des émotions comme j’ai essayé de le faire pour les jeux cités dans le Level 1 : ils m’ont tous touché viscéralement. N’en doutez pas, s’il vous plait.
        Mais n’ayant pas rejoué à ces jeux en 2010, au cours de l’écriture de cet ouvrage, je n’avais pas la matière nécessaire pour tenter de leur faire honneur (et le temps à leur accorder aurait été, et est encore aujourd’hui, phénoménal pour tenter d’y rejouer intégralement avant de pouvoir en parler : 40h pour Okami ? + de 60h pour un FF VII ? 20h pour Shenmue ? 15h + 20h + 20h pour MGS 1, 2 et 3 ?).
        Sachez juste que je le regrette, et qu’il m’a fallu faire des choix : les jeux du Level 1 y trouvent leur place, encore aujourd’hui, mais ils n’auraient pas dû être les seuls. Clairement.

        Un manque de temps, des souvenirs flous, mais surtout un manque certain de courage pour m’attaquer de nouveau à ces œuvres « par l’expérience de jeu » avant de pouvoir en parler de mon mieux.

        J’espère néanmoins que cela ne retire pas le fond de l’objectif premier du Level 2 : qui était de dresser une certaine évolution des émotions à travers les années… mais en picorant ces émotions dans ma mémoire en 2010 !

        Je vous adresse, à toi Stéphanos et à tous ceux qui partagent cet avis, mes excuses si cela a pu vous décevoir !

        • Stephanos
          6 juin 2011 à 20:33

          Je ne vois pas la nécessité de refaire la trame principale d’un jeu pour pouvoir en parler de l’intérieur. On ne pourra de toute manière pas rendre compte de l’intégralité non ?

          Je comprends toutefois parfaitement qu’écrire ces textes prennent beaucoup de temps. Je comprends que tu aies eu à faire des choix.
          Même si ces choix (Super Mario Galaxy 2 // Okami) ne m’apparaissent pas toujours évidents..

          Mais peut-être cet été, si tu trouves un peu de temps.. crois-tu que ce serait inenvisageable de rajouter une ou deux pages ?

          Peut-être que je parle trop..
          Si tu veux, si je ne travaille pas pendant ces grandes vacances et que j’ai un peu de temps, je pourrais écrire sur Final Fantasy VII, VIII et IX. Voire sur Okami également.
          Qu’en penses-tu ?

        • ippo
          7 juin 2011 à 10:52

          Il n’est pas nécessaire de refaire la trame principale intégralement, mais il m’est nécessaire de me replonger un minimum dans le jeu pour tenter d’en parler d’une manière qui me semble définitive : c’est à dire sortir quelque chose pour lequel je ne souhaite pas nécessairement revenir par la suite.

          Je ne mets pas de jeux en confrontation : Okami et Super Mario Galaxy 2 ne sont pas comparables et l’un n’a pas volé la place d’un autre. Simplement, j’ai joué à Super Mario Galaxy 2 au cours de l’écriture de cet ouvrage, et j’y ai ressenti plus qu’un simple amusement. L’amour du travail d’orfèvre coulait dans chacun des moments du jeu, et certains clins d’œil étaient une offrande fertile faite à la joie de vivre cette expérience de jeu.
          C’est une question de timing et d’envie ! Mais ce n’est pas un bouche trou, c’est sciemment que j’ai eu envie d’essayer de montrer ce qu’un jeu de ce style pouvait aussi véhiculer. Et il y a avait aussi cette notion de transmission, d’héritage du jeu vidéo, de lègue fait à mon fils par cet apprentissage. Mais dans ce registre, j’aurais tout aussi bien pu parler de Donkey Kong Country Returns qui est formidable, mais qui est sorti quelques mois plus tard…
          On peut toujours faire plus, et surtout faire mieux, ça j’en suis bien conscient : mais pour le moment, je laisse cet ouvrage vivre sa vie à sa manière.
          Avec tous ses défauts !

          Il est possible que j’y revienne l’an prochain, notamment depuis l’annonce de la sortie en novembre de Metal Gear Solid HD Collection (comprenant MGS 2, MGS3 et MGS Peace Walker). Je n’en sais rien…

          Au sujet de ta proposition d’écriture, bien entendu je serais très heureux de pouvoir lire ce que tu as à partager et à véhiculer au sujet de ces œuvres (notamment celles qui t’ont « éduqué » comme les FF). Par contre, je n’ai jamais envisagé l’idée d’une création « multiple » avec cet ouvrage, je ne pense pas qu’il se transformera un jour en un texte constitué par plusieurs « auteurs ».

  5. 10 mai 2011 à 16:19

    Tu peux laisser de côté Metal Gear et Zelda, ton bouquin et les gamers ne s’en porteront pas plus mal ! Ce sont des séries hyper médiatisées (que j’aime, hein !) qui n’ont pas besoin d’un éclairage de plus sur la montagne qui existe déjà.
    (à l’attention des plus jeunes : laissez tomber la lecture et téléchargez légalement les épisodes N64 et PS1 de ces séries, c’est le « must » du jeu vidéo !)

    Attention, je ne dis pas que ton avis compte pour du beurre, je dis juste que j’adore ta sélection de jeux – à l’exception des blockbusters Uncharted 2 et Super Mario Galaxy 2 pour les raisons que j’ai cité plus haut.

    En fait, ton livre est précieux dès lors qu’il parle de jeux artisanaux, dont beaucoup n’ont pas rencontré le succès, et méritent d’être (re)découverts par les nouvelles générations de gamers. Là, ton avis prend tout son sens, du moins à mes yeux. D’où ma requête : si tu passes à l’édition papier ou prévois de faire un ajout dans un futur proche, bon dieu, oublie les jeux commerciaux et colle un pavé sur Shenmue !
    Voilà, j’espère que ma position ne te parait pas trop radicale, je ne voudrais pas que tu penses que je critique pour critiquer. Ton livre pourrait devenir un incontournable si tu suis la bonne voie.

    • 10 mai 2011 à 16:55

      D’ailleurs, au lieu de critiquer, je te propose une modeste contribution : j’avais écrit un article sur Shenmue il ya deux ou trois ans. Bon, c’était bien trop succinct vu tout ce qu’il y aurait à dire (portait de l’auteur, de la console, making-of du jeu, situation de Sega, cause de l’échec, etc.), mais ça peux te donner un élan, un point de départ pour te relancer dans l’écriture.

      http://platon21.wordpress.com/2009/11/21/la-saga-shenmue/

      • ippo
        10 mai 2011 à 17:02

        Merci, oui, cela me permettra de me remettre efficacement dans le contexte si je concrétise cette idée au sujet de Shenmue ! (mais il faudra quand même que j’y rejoue)

    • ippo
      10 mai 2011 à 17:01

      platon21 :

      Tu peux laisser de côté Metal Gear et Zelda, ton bouquin et les gamers ne s’en porteront pas plus mal ! Ce sont des séries hyper médiatisées (que j’aime, hein !) qui n’ont pas besoin d’un éclairage de plus sur la montagne qui existe déjà.
      (à l’attention des plus jeunes : laissez tomber la lecture et téléchargez légalement les épisodes N64 et PS1 de ces séries, c’est le « must » du jeu vidéo !)

      Je comprends tout à fait ce que tu veux dire… en ce qui concerne les lecteurs-joueurs ! (d’ailleurs, je me joins à toi pour inviter les plus jeunes à la découverte des opus N64 de Zelda et PS1 de Metal Gear Solid).
      Par contre, je suis moins d’accord au sujet d’un lectorat constitué de non-joueurs. Ou de « découvreurs ». Un lectorat qui ne sera jamais atteint par cette web-publication, mais que je rêverais de prendre par la main.
      Ces derniers, même s’ils connaissent de nom ces différents mythes du jeu vidéo, pourraient être intéressés par une vision « de l’intérieur de l’expérience » qu’ils proposent. Tu ne crois pas 😉 ?

      platon21 :

      Attention, je ne dis pas que ton avis compte pour du beurre, je dis juste que j’adore ta sélection de jeux – à l’exception des blockbusters Uncharted 2 et Super Mario Galaxy 2 pour les raisons que j’ai cité plus haut.

      Pas de problème, je ne l’ai pas du tout pris comme cela, et je comprends bien ton point de vue à ce sujet !

      platon21 :

      En fait, ton livre est précieux dès lors qu’il parle de jeux artisanaux, dont beaucoup n’ont pas rencontré le succès, et méritent d’être (re)découverts par les nouvelles générations de gamers. Là, ton avis prend tout son sens, du moins à mes yeux. D’où ma requête : si tu passes à l’édition papier ou prévois de faire un ajout dans un futur proche, bon dieu, oublie les jeux commerciaux et colle un pavé sur Shenmue !
      Voilà, j’espère que ma position ne te parait pas trop radicale, je ne voudrais pas que tu penses que je critique pour critiquer. Ton livre pourrait devenir un incontournable si tu suis la bonne voie.

      De savoir que mon livre puisse être précieux à tes yeux par certains aspects me fait chaud au cœur platon21. Devenir « incontournable » est déjà une autre histoire… pour le moment il est « pas suffisamment vendable ».
      En tous cas, je te remercie une nouvelle fois pour ce commentaire qui me touche vraiment, et je prends bonne note de ta requête sur Shenmue ! (en plus, coup de chance, il est sorti en 2000 -> pile dans la fenêtre des jeux du Level 1 ;)).
      Et bien entendu, étant donné que j’y est joué et que je l’ai adoré, qu’il y a toute sa place !

  6. 11 mai 2011 à 11:04

    La question du jour :
    Comment jouer à Shenmue aujourd’hui ?

    Aussi incompréhensible que cela soit, la liste des jeux Dreamcast à télécharger sur Xbox Live et PSN ne comprend pas Shenmue ! Il est possible de trouver des perles comme Crazy Taxi, Sonic Adventure, Sega Bass Fishing, Space Channel 5 Part 2, Phantasy Star Online… bref, tous les hits Sega des années 2000, sauf Shenmue ! Que faire si, comme dans mon cas, la lentille de votre Dreamcast a déjà lâchée depuis de nombreuses années ?
    Il existe un émulateur Dreamcast sous Windows nommé « [texte retiré] ». Cet émulateur ne permet pas de jouer aux jeux originaux (à cause du format GD-ROM non-reconnu par les ordinateurs), vous devez utiliser des images disques ISO sur un lecteur CD virtuel. Comme l’émulateur date de 2004, mieux vaut activer le « mode de compatibilité » avec Windows XP. [texte retiré] est dispo, avec un tuto en prime, chez l’excellent site rétrogaming [texte retiré] :
    [lien retiré]

    Il est bien évident que lorsque Shenmue sera adapté sur consoles HD (vivement !), il serait sage de supprimer mon post pour éviter de créer des tords financiers à Sega.

    • ippo
      11 mai 2011 à 11:13

      Effectivement, tu as raison de donner quelques piste supplémentaires pour permettre aux joueurs de découvrir ou redécouvrir Shenmue.
      Seulement, l’émulation gratuite, tout moyen de découvrir des œuvres vidéoludiques qu’elle puisse être, ne représente pas pour moi une manière juste de récompenser les artistes pour leur créativité et leur talent.

      Je me permets donc de modifier, pour la première fois, le contenu d’un commentaire en retirant le nom de l’émulateur et le lien vers le site en question.
      Je comprends ta démarche qui vise à faire partager l’expérience de Shenmue à la plus large audience possible, simplement je ne souhaite pas que cette expérience soit partagée de cette manière là via cet espace, et cet ouvrage.

    • 11 mai 2011 à 11:16

      Je précise que si Shenmue est fluide et tout à fait jouable sous émulateur, l’expérience de jeu n’est néanmoins pas aussi parfaite que sur Dreamcast.

      Par exemple, avec ma configuration, il manque certains effets sonores et certains détails graphiques comme la neige qui tombe dans l’intro. Cela rend le jeu plus « abrupt », mais bon, y a pas 36 moyens d’en faire l’expérience…

      Malgré ces petits défauts (qui ne sont pas imputables à Sega !) et qu’un néophyte ne remarquera même pas, l’expérience vaut le coup, surtout avec un pad Xbox.

    • 13 juin 2011 à 00:38

      Argh, mais quel fanatique de l’anti-téléchargement ce Ippo-_-‘ Il est bien plus difficile à trouver que les autres jeux que j’ai cherchés jusqu’à présent:/
      Je ne trouve pas de date pour le portage HD sur le PSN, quelqu’un a-t-il une info ?

  7. 11 mai 2011 à 11:18

    Bon ben tant pis, c’est toi le chef ippo !

    • ippo
      11 mai 2011 à 11:20

      Je n’ai pas pris plaisir à effectuer une « modération » d’un commentaire, surtout que je te l’ai dit, j’ai bien compris ton intention de départ qui se veut être « un partage » avant tout.
      Ce n’est donc pas fait de gaité de cœur, mais je suis convaincu que tu ne m’en tiendras pas rigueur non plus :).

  8. 11 mai 2011 à 11:26

    Pas de soucis.
    Enfin, ce que je ne comprends pas (et là t’y es pour rien), c’est pourquoi contraindre les gamers a de l’émulation sur Shenmue alors que Sega a largement prouver qu’adapter des jeux Dreamcast était possible ? A la limite, j’aurai préféré qu’il ne sorte qu’un jeu Dreamcast sur PS360, et que ce jeu fut celui-là.

    Et ce silence ahurissant qui entoure Shenmue 3 ??? bref, je suis vraiment déçu par Sega qui cache un joyau comme si c’était une bouse inmontrable !

    • ippo
      12 mai 2011 à 15:49

      Clairement, je partage également l’espoir de voir un jour Shenmue (1 et 2) sortir en téléchargement légal sur PS3 / Xbox 360… et pourquoi pas en version remasterisée.
      Et je ne comprends pas non plus que cela ne soit pas encore le cas.

  9. 12 mai 2011 à 15:39

    Julo, grand fan de Shenmue devant l’Eternel et accessoirement journaliste, surveille bien les évolutions, toutes les évolutions sur gameblog

    Tu peux trouver quelques news intéressantes ici :

    http://www.gameblog.fr/recherche.php?search=shenmue

    • ippo
      12 mai 2011 à 16:01

      Merci !

  10. 13 juin 2011 à 00:18

    Laisser vivre les choses faites à leur manière, avancer toujours, de pas en pas, Ippo, tu portes bien ton surnom^^
    Je comprends, et ne t’embêterai pas plus avec ces rajouts.
    (Bien sûr, si j’écris quelque chose je tiendrai à te le montrer !)
    +

    • ippo
      14 juin 2011 à 09:20

      Je ne souhaite pas donner l’impression de vouloir avancer tête baissée, sans jamais me retourner pour apprendre des erreurs du passé. Elles aussi font avancer.
      Je suis bien conscient que cet ouvrage est incomplet, imparfait, inconstant même. Mais à une exception près (pour un ajout sur le texte d’Uncharted 2), je souhaitais vraiment ne pas en modifier une ligne. C’est encore aujourd’hui plus fort que moi, et je lui laisse vivre sa vie avec ses imperfections. J’ai encore cet avantage de ne pas être publié (et peut-être que cela ne se fera jamais), et ainsi d’être parfaitement libre de laisser ses imperfections à tous les niveaux.

      Mais quand vous (platon et toi) me demandez d’essayer d’ajouter quelques mots sur tel ou tel jeu qui vous tient à coeur, cela me frustre parce que je ne m’en sens pas forcément capable, et cela me touche aussi beaucoup : parce que ce sont des jeux que vous portez dans votre âme, et pour lesquels vous me faites l’honneur de me demander d’écrire à leur sujet. Je suis très touché, cela me donne le sentiment que vous avez, quelque part, confiance en ce que je pourrais transmettre sur ces expériences ! Et pour cela, je vous en remercie encore véritablement.

      Et bien entendu je serai très heureux de lire ce que tu as à dire sur ces jeux. Si jamais tu écris à leur sujet, n’hésites pas à me le faire savoir ;).

  11. 8 juillet 2011 à 15:40

    Salut ippo, j’ai commencé la lecture de ta publication et j’en arrive à Ico. Parmi tous les jeux qui occupent les pages du Level 1, seuls deux me sont réellement connus (Beyond Good & Evil et Super Mario Galaxy 2, tous 2 terminés) et je ne souhaite rien lire des autres jeux à l’exception de Flower qui ne m’intéresse pas, car l’aspect émotionnel/sensationnel m’intéresse beaucoup, et je souhaite y jouer un jour sans interférence de ressenti extérieur sur ces plans (particulièrement Ico, Shadow of the Colossus et Red Dead Redemption).

    Est-ce que faire l’impasse sur tes rédactions à leur sujet ne m’empêchera pas de cerner les autres Levels ?

    • ippo
      8 juillet 2011 à 15:53

      salut meduz’ !

      Je comprends ton appréhension. Les Levels sont tout à fait indépendants, donc cela ne t’empêchera pas de cerner le propos général que j’ai tenté d’insuffler à cet « ouvrage ».

      Par contre, j’ai pris soin d’écrire chaque texte du Level 1 (et ceux du Level 2 aussi, étant donné qu’ils s’attardent également aux ressentis), en prenant garde à ne pas trop dévoiler des éléments clefs de l’intrigue. Pourtant, il y aurait eu fort à faire tant ces éléments clefs sont souvent riches de sens et parfois d’émotions. Mais je me le suis interdit.
      Je pense que tu peux néanmoins lire ces textes du Level 1, qui sont plutôt une invitation dans le contexte, le propos et l’atmosphère du jeu, sans que cela n’en viole l’expérience globale (à mon sens). Ils ont aussi été écrits dans le but d’être lus par des non-joueurs, tout en gardant à l’esprit que ces derniers pourraient avoir l’envie par eux-même d’en faire l’expérience : le but n’était donc pas de la leur voler, mais de la leur faire ressentir en partie.
      Mais je peux comprendre que, même cette « partie », tu ne souhaites la découvrir que par toi-même sans lire quoique ce soit à ce sujet : alors je te laisse libre de ta décision… j’aurais peut-être fait de même dans la même situation ?

      Merci encore pour ta présence !
      Et, je l’espère, bonne continuation.

  12. 9 juillet 2011 à 14:32

    Merci pour ta réponse :).

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :